Jeunesse·Science Fiction

Chronique | La Faucheuse – Neal Shusterman

couv4750269Titre: La Faucheuse

Auteur: Neal Shusterman

Editeur: Robert Laffont, collection R

Prix: 18.90€

Parution: 16 février 2017

Nombre de pages: 493

Genre: Science-Fiction/Jeunesse

Résumé: MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement (« glané ») par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. Mais seul l’un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu’il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l’un contre l’autre bien malgré eux…


Mon avis: C’est le livre dont tout le monde parle en ce moment. Un vrai petit bijou tout droit sorti de la nouvelle collection R de chez Robert Laffont.

La Faucheuse raconte l’histoire de Citra et Rowan, deux adolescents qui vont être élus pour devenir des apprentis-faucheurs. Ces personnes qui donnent la mort quand nous ne méritons plus de vivre. Ils vont alors devoir suivre l’enseignement de Maître Faraday, connu pour être sans pitié envers toutes les personnes qu’il a pu glaner (tuer). C’est alors le début d’une nouvelle vie pour les deux adolescents.

Citra est la plus âgée de sa fratrie. Désignée par le grand Maître Faraday, faucheur depuis près d’un siècle, elle va devoir suivre son enseignement pour devenir à son tour une faucheuse. Plus rien ne l’attache alors à sa famille et elle doit tout quitter pour devenir une nouvelle personne. Son enseignement, elle va le suivre au côté d’un garçon de son âge, Rowan, qui est tout son opposé. Citra est très forte mentalement et fait preuve d’une grande maturité face à tout ce qui lui arrive. J’ai adoré son personnage car elle n’hésite pas à se mettre en danger pour montrer qui elle est réellement. Bien évidemment, elle va tisser des liens avec son camarade Rowan car il n’y aura qu’un des deux qui deviendra un faucheur à la fin de l’enseignement. C’est une adolescente pleine de courage. Elle n’est pas forcément attachante, mais sa force de caractère l’a rend plus agréable.

Rowan est un garçon plutôt rebelle. Lorsque Maître Farady décide de l’engager pour devenir un faucheur, il ne s’attend pas à ce qu’il va faire et subir durant tout son enseignement. La mort, il y a déjà été confronté plusieurs fois, mais jamais dans la peau du « glanneur » (ou faucheur ici). Lors de son enseignement avec le Maître, il va aussi faire la connaissance de Citra qui va lui être d’une grande aide psychologique dans les moments difficiles. Mais lorsqu’on leur apprend qu’ils vont devoir se battre l’un l’autre pour devenir un faucheur, c’est leur avenir entier qui change. J’ai bien aimé le personnage de Rowan, même s’il prend un virage à 360 degrés aux deux tiers du livre. Je m’attendais à un garçon beaucoup plus rebelle qu’il n’y parait, plus sombre aussi. Mais en réalité, il est aussi doux qu’un agneau (si je puis dire…) En tout cas, je l’ai bien apprécié Rowan de par son côté cash et aussi très compréhensif. Il peut même paraître attachant à certains moments.

WOW WOW WOW *-* Ça faisait un petit moment qu’un livre ne m’avait pas fait cet effet là. La Faucheuse est un roman de SF hallucinant qui vous prend aux tripes dès le début. Je n’ai pas pu me décoller une seule seconde de ma lecture tellement j’ai trouvé ça génial. L’univers que l’auteur a créé est juste hallucinant. Toute cette histoire de faucheurs, de glanage (c’est l’acte de tuer qui est désigné comme tel) et l’univers qui est autour est impressionnant. Le simple petit détail a son importance dans cette histoire. Les personnages peuvent parfois paraîtres froids, sans gène, alors qu’en réalité ils ne le sont que parce qu’ils le doivent à cause de leur rôle. On a souvent des romans pour ados tout beau, tout rose, tout mignon, mais avec La Faucheuse on change totalement de registre et on passe alors du côté obscure (non pas de la force hein !) des romans pour ados. On nous montre le côté souvent oublié, celui dont on n’a pas vraiment envie de connaitre la vérité. Ce qui est sûr c’est que l’histoire est menée avec brio et qu’une fois terminé, on en redemande encore. J’ai très très hâte de lire le second tome, qui n’a pas de date de sortie pour l’instant.

Note

5 étoiles

Publicités

Une réflexion au sujet de « Chronique | La Faucheuse – Neal Shusterman »

Les commentaires sont fermés.