Contemporain

Chronique | Les Carnets de Pauline Thot – Rébecca Brocardo*

couv31022150Titre: Les Carnets de Pauline Thot

Auteur: Rébecca Brocardo

Editeur: CreateSpace

Prix: 13€

Parution: 17 juin 2016

Nombre de pages: 192

Genre: Contemporain

Résumé1999. Pauline étouffe dans sa petite ville de province. Introvertie et malmenée en classe, elle ne revit que pendant les vacances en Corse, où elle se découvre à la fois désirable et vulnérable. Pour assouvir sa soif de liberté, elle se révoltera tour à tour contre l’autorité, les hommes et la société. Dans ses carnets, Pauline raconte à la première personne sa lutte solitaire contre la honte et la culpabilité qu’elle ressent dans sa construction en tant que femme dans un pays où leur condition et leur sexualité posent toujours problème. Avec son « Je », elle joue à se moquer de tout pour ne pas souffrir. Véritable journal de société, ce récit riche et sensible témoigne de la difficile transformation d’une adolescente en adulte, dans une fin de siècle ponctuée par de profondes mutations technologiques et sociétales. C’est en partageant son vécu qu’on s’attache à l’héroïne, à son histoire, et à son parcours.


Mon avis: Je tiens avant tout à remercier l’auteure qui m’a gentiment fait parvenir son roman.

Les carnets de Pauline Thot raconte l’histoire d’une enfant, adolescente, adulte à travers cinq carnets qui tiennent leur importance dans la vie de Pauline. Chaque carnet va l’accompagné dans des moments précis de sa vie. Des mots marquants, des moment pleinement signifiants. On découvre une Pauline à chaque fois, même si c’est la même. On l’a voit grandir, se découvrir.

Pauline a tout d’une grande. Au travers de ces carnets, elle narre sa vie de tous les jours. Paris, la pluie, les été en Corse, l’amour, la tristesse, la joie. Ces cinq carnets, ces cinq périodes vont avoir une grande importance chez Pauline. Elle a tout pour elle: une famille qui l’aime, des amis. Elle se pose tout un tas de question. Et au fil du roman, on alterne entre une enfant qui se découvre, une adolescente qui se cherche et une femme qui n’a plus rien à voir avec celle qu’elle était auparavant. Pauline vit dans les années 90. Ces années un peu moins libérées qu’aujourd’hui. Ces années où la question du féminisme n’était que très peu abordée. Ces années où la femme cherche encore sa place dans la société dirigée par des hommes en grande majorité. L’auteure nous fait découvrir là une Pauline qui a peur, qui est parfois rassurée, mais qui ne cesse de se poser des questions sur la vie et sa signification. Le personnage de Pauline pourrait être vous, moi et toutes les femmes qui nous entourent. Je l’ai trouvée forte et parfois même impressionnante. Son parcours, son histoire m’a donnée envie d’en savoir plus sur elle et m’a aussi permis d’encore plus l’apprécié.

Les carnets de Pauline Thot est un roman, certes, compliqué, mais réaliste en tout point. Il parle de la découverte de soi et de la vie en générale. Dès les premières lignes j’ai su que je m’embarqué dans une histoire réaliste à souhait et qui me donnerai à réfléchir pendant un certain temps. Le personnage de Pauline m’a perturbé par bien des aspects notamment sa maturité qui m’a mise une claque monumentale. C’est une enfant, une adolescente, une femme normale, mais qui a un est d’une intelligence sans faille. Son histoire m’a, par moment, broyé les entrailles parce que je trouvai ça beau. Les mots sont beau, dure et percutants. Oui, beau parce qu’il y a de la poésie dans ce livre. Ce n’est pas seulement de la psychologie de comptoir comme on pourrait s’attendre, mais bien un livre qui parle entièrement de la femme, de sa place dans la société et de la découverte de soi. Dans son ensemble, j’ai aimé l’histoire. Il y a des aspects qui m’ont parfois repoussés et donnés envie d’arrêter ma lecture parce que je trouvais que l’histoire allait parfois trop loin, mais je suis têtue alors j’ai tout de même continué. Tout le long, je me suis remise en question sur moi même, mais aussi sur le monde qui m’entoure. C’est fou comme certains livres peuvent faire cet effet là. Ce qui est sûr, c’est que Rebecca Brocardo a encore de long jours devant elle et sa plume est aussi jolie que convaincante.

Note

4 étoiles

Publicités

Une réflexion au sujet de « Chronique | Les Carnets de Pauline Thot – Rébecca Brocardo* »

Les commentaires sont fermés.