Fantasy

Chronique | Un Palais d’épines et de roses, tome 1 – Sarah J. Maas

couv48210024Titre: Un Palais d’épines et de roses

Auteur: Sarah J. Maas

Editeur: De la Martinière, collection « Fiction J »

Prix: 18,90€

Parution: 9 février 2017

Nombre de pages: 416

Genre: Fantasy

Résumé: En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?

Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.


Mon avis: Ces derniers temps, je me lance dans la lecture de réécritures de contes célèbres. Si j’adore celles de Marissa Meyer, j’ai découvert Un Palais d’épines et de roses de Sarah J.Maas, une réécriture de la Belle et la Bête.

Un Palais d’épines et de roses raconte l’histoire de Feyre, une adolescente essayant de faire survivre les siens, malgré la méchanceté et l’oppression de sa famille sur elle. Après avoir tué un Fea, ces humains diaboliques qui se transforment en une créature assoiffée de sang, elle va être capturée dans le palais du Grand Seigneur Fae: Tamlin. Elle va rapidement découvrir que tout n’est pas comme elle le pensait dans cet univers fait de fastes, de fêtes et de beau monde. Et si Tamlin n’était pas celui qu’il prétendait être ?

Feyre est une adolescente courageuse qui se maitrise autant qu’elle peut. Née dans une famille d’égoïstes, elle doit sans cesse faire face aux critiques de ses proches. Chasseuse dans l’âme, c’est un peu la Katniss Everdeen de sa ville. Mystérieuse, elle mène une vie aussi simple qu’elle le peut et pourtant elle rêve d’une vie plus belle. Jusqu’au jour où tout bascule lorsqu’elle tue un Fae, un monstre sanguinaire qui peut changer de forme et redevenir humain quand il le souhaite. Elle est alors prise en otage dans le palais royal de Tamlin, le Grand Seigneur Fae. Mais ce qui l’intrigue, c’est qu’une fois là-bas, dans sa prison dorée, elle va être traitée telle une princesse. Elle va alors chercher à decouvrir ce qui se passe dans cette cage dorée. J’ai bien aimé le personnage de Feyre. Je l’ai trouvé extrêmement mûre. Même si parfois certaines de réactions peuvent paraître incompréhensibles, j’ai bien aimé son côté aventurière toute douce.

Tamlin, lui, est donc un Grand Fea. En plus d’être Seigneur, il est immortel et se transforme parfois en une créature terrifiante.Si terrifiante qu’il sème la terreur sur le royaume. Il est aussi très très mystérieux. Au début du roman, on ne sait pas vraiment quel rôle il va jouer dans l’histoire et comment il va accueillir Feyre. Peu accueillant, il reste en retrait avec l’adolescente. Jusqu’à ce qu’il découvre qu’elle n’est pas comme les autres humains. C’est juste une adolescente qui cherche à redorer le blason familial malgré son modeste statut. Et c’est à ce moment précis de l’histoire que j’ai commencé à apprécier le personnage de Tamlin. Il est loin d’être celui qu’il prétend être et avec Feyre à ses côtés, il va s’adoucir, devenir un autre homme, devenir…humain. Je l’ai aimé parce qu’il est plus ouvert, parce qu’il se confie à elle, parce qu’on le découvre sous un nouveau jour. J’ai vraiment bien aimé chacun de ces personnages qui sont à la fois mystérieux et aventuriers.

Par où commencer (ou terminer) avec cette lecture ? Un Palais d’épines et de roses est une réécriture de la Belle et la Bête. Le célèbre conte de Suzanne de Villeneuve revisité à la sauce fantastique un peu plus violente, un peu plus sensuelle. J’ai apprécié ma lecture…au 3/4 du livre malheureusement. J’ai trouvé le début long, pas intéressant du tout. Mais lorsque Feyre et Tamlin commencent de plus en plus à se rapprocher, l’histoire m’a un peu plus plu. Evidemment me direz vous! C’est pourtant extrêmement bien écrit. C’est clair, il n’y a pas trop de détails, les personnages sont intéressants. Mais je ne saurai vous décrire mon état de frustration durant les 200 premières pages. C’est un très bon roman, mais beaucoup trop long à mon goût, avec des éléments dont on n’a pas forcément besoin. Je souhaite tout même lire la suite au vu de la fin, histoire de découvrir où tout ça va nous mener.

Note

4 étoiles

Publicités

Une réflexion au sujet de « Chronique | Un Palais d’épines et de roses, tome 1 – Sarah J. Maas »

Les commentaires sont fermés.