Aventure·Fantastique·Jeunesse

Chronique | Harry Potter and the Cursed Child – J.K.Rowling, Jack Thorne, John Tiffany

Harry_Potter_and_the_Cursed_Child_Special_Rehearsal_Edition_Book_CoverTitre: Harry Potter and the Cursed Child

Auteur: J.K.Rowling, Jack Thorne, John Tiffany

Editeur: Little Brown

Prix: 17,81€

Parution: 31 juillet 2016

Nombre de pages: 352

Genre: Fantastique

RésuméEtre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.


Mon avis: Le 31 juillet dernier est ENFIN sorti le huitième et dernier tome de la saga magique de notre enfance. Je ne vous explique même pas dans quel état j’étais une fois que j’ai eu le livre entre les mains. Retrouver tout ces personnages qui ont bercés mon enfance et mon adolescence était juste sensationnel.

Harry Potter and the Cursed Child prend place dix-neuf ans après la bataille de Poudlard. Nous suivons les aventures de Albus Severus Potter, le cadet de notre Harry national. La question que tout le monde se pose: va-t-il, oui ou non, suivre les traces de son père ?

Après une première lecture de ce huitième roman, je peux déjà vous dire que Albus est bien loin de l’image lisse et propre qu’on a pu connaitre avec son père. Adolescence et crise existentielle obligent, on a tendance à l’apprécié pour ce qu’il est, mais à avoir aussi envie de le claquer. Lorsqu’il intègre l’école des sorciers c’est un jeune adolescent peu sûr de lui que l’on découvre. Les débuts de ce jeune sorcier nous font penser à son papa une vingtaine d’années plus tôt. Au fil des pages on voit un Albus grandir et plus confiant. Mais quand bien même, je n’ai pas réussi a énormément m’attacher au personnage. C’est bien dommage, parce que son meilleur ami, lui, m’a totalement fait craquer.

Si on m’avait dit un jour que je tomberai folle amoureuse d’un Malfoy, je ne vous aurais certainement pas cru et pourtant…Scorpius est très certainement l’un des personnages les plus attachant et les plus drôle qu’il m’est été donné de découvrir dans la saga. Bon d’accord, Ron Weasley restera pour toujours l’amour de ma vie, mais Scorpius est désormais tout en haut de la liste de mes personnage préféré. Entre autre parce qu’il est tout simplement unique. On s’attache très rapidement à cet adolescent qui n’a pas toujours sa langue dans la poche, qui est un vrai boulet et qui a tendance à raconter beaucoup de blagues. Bien loin de l’image sombre que pouvait donner son père 19 ans plus tôt.

En parlant de parents, c’est bien évidement un Harry adulte que nous retrouvons. Adulte, mais insupportable. S’il y a bien un personnage que j’ai eu énormément envie de claquer c’est bien celui de Harry. MON DIEU ! Il est tout simplement affreux dans ce dernier tome. Complètement perturbé par ses rêves qui le hantent nuit et jour, il a aussi beaucoup de mal à faire face à la crise d’adolescence de son cadet, Albus. Il se comporte de manière totalement affreuse envers lui en lui disant des choses qui m’ont tout simplement mise bouche bée. J’ai été un peu déçue de la tournure qu’a pris le personnage. On croirait presque à une caricature exagéré du sorcier en pleine crise de la quarantaine.

Je ne pouvais pas écrire cette chronique sans parler de Ron, Hermione, Ginny et Draco. Si la famille Weasley s’est agrandie avec l’arrivée de Rose, nos deux tourtereaux non changés en rien. Hermione est toujours elle. Intelligente, sûre d’elle. Ron, lui, est aussi toujours le même. Toujours marrant, même si j’ai trouvé que dans ce huitième tome ils le font limite passer pour un demeuré. Ginny…eh bien c’est Ginny. Toujours douce, maternelle et là pour sa famille. Mais celui qui m’a le plus étonné c’est bien Draco. On est bien loin du personnage qu’on avait laissé à la fin de la bataile de Poudlard (je ne vous parle pas de l’épilogue du tome 7). Il a mûri, s’est marié et il est devenu père. Un tournant total dans sa vie de père de famille posé. Je ne vous en parlerai pas plus car j’ai vraiment très très envie d’avoir vos réaction après votre lecture de ce huitième tome.

Comme des millions de fan à travers le monde, j’attendais avec impatience la sortie de ce huitième tome. Je sais que beaucoup de fan appréhendaient le fait que ce ne soit pas écrit sous forme de roman, mais de script. Pour tout vous dire, ayant fait des études dans le théâtre, la forme script ne m’a pas du tout dérangée et j’ai même d’avantage apprécié parce que c’est épuré, simple et on se repère très rapidement grâce aux didascalies bien décrites.

J’ai adoré ce dernier tome de la saga par bien des aspects. Tout d’abord, il faut dire que retrouver nos personnages préférés que l’on avait quittés il y a presque 10 ans peut rendre totalment nostalgique (ce qui a été mon cas !) Les nouveaux personnages principaux tels que Albus et Scorpius font bien évidemment penser à leur prédécésseurs (même si Scorpius est tout l’opposé de son cher papa Draco). L’histoire en elle même est très sympathique, mais (ET OUI IL Y A UN MAIS !), bien trop simple et trop peu développée à mon goûts. Si l’intrigue est bien présente, j’ai eu beaucoup de mal à m’y accrocher parce que c’était beaucoup trop rapide à mon goût. Mais il faut se rappeller que c’est avant tout une pièce de théâtre et que pour simplifier la choses, les auteurs n’ont très ceetainement, pas voulu développer plus puisqu’il ne faut pas que la pièce dure 7h (elle est pourtant divisée en deux partiesà) Une fois fini, on pourrait presque s’attendre à une suite. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que j’ai adoré ce huitième et dernier tome de la saga et j’ai hâte de la relire pour évaluer en profondeur les personnages.

J.K a annoncée il y a peu que c’est officiellement le dernier tome de la saga, mais elle l’avait aussi dit pour Les Reliques de la mort, sait-on jamais 😉

A SAVOIR: *Vous pouvez réserver des billets pour voir la pièce ici (les billets partent comme des petits pains ^^) 

*La sortie en VF est prévue pour le 14 octobre prochain ! 🙂

 

Note

IMG_3495

Publicités

5 réflexions au sujet de « Chronique | Harry Potter and the Cursed Child – J.K.Rowling, Jack Thorne, John Tiffany »

  1. Tu es la première à évoqué Scorpio dans les différents articles de bloggeuses que j’ai lu et ça m’intrigue. Je viens de finir le tome 7 (j’avais vu les films mais jamais lu les livres !!! maintenant c’est fait) et tu es la première à me donner envie de lire la suite en octobre 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s