Historique·Jeunesse

Chronique | Max – Sarah Cohen-Scali

001432529Titre: Max

Auteur: Sarah Cohen-Scali

Editeur: Gallimard, collection « Scripto »

Prix: 8.15 €

Parution: 2012

Nombre de pages: 477

Genre: Historique / Adolescent

Résumé: Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.


Mon avis: Ha ce cher Max ! Ca faisait bien longtemps qu’il me faisait de l’oeil à la librairie. Peu de personne en parle je trouve, mais à chaque fois que j’ai pu lire quelques articles dessus, les personnes avaient toujours été dans un état pitoyable une fois ressortis de leur lecture alors je me suis enfin décidé le week-end dernier.

Max raconte l’histoire d’un enfant né « à cause » du fameux projet Lebensborn, lancé en Allemagne peu de temps avant le début de la Seconde Guerre Mondiale et initié par Hitler. Hitler sa « race Aryenne », race dite « parfaite ». Vous savez, les fameux grands blonds aux yeux bleus, forts et courageux. C’est l’histoire du jeune Max que nous allons suivre, un bébé qui n’avait rien demandé et qui est devenu le petit pantin de toute une génération. Ce roman est inspiré de faits réels, notamment du projet Lebensborn, mais le personnage de Max n’a JAMAIS existé.

Max est né le 20 avril 1936, comme Hilter (ça a son importance dans l’histoire). On le découvre avant sa naissance jusqu’à ses neuf ans. Max (il a été nommé comme cela par sa maman) ou Konrad (son nouveau nom une fois qu’Hitler l’a baptisé)  est un enfant hors du commun. Doté d’une intelligence impressionnante, son récit m’a tenu en haleine jusqu’à la fin du roman. Malgré toute l’histoire qui est en soit, horrible,  on a beaucoup de mal à ne pas s’attacher à cette enfant qui a une certaine culture encrée en lui. Il aborde des thèmes tout simplement horribles, mais avec toujours un certain humour.

Après avoir fini de lire Max, je me suis précipité pour chercher quelques renseignement quant à ce qu’il c’était réellement passé. Pas moins de 800 000 enfants sont nés du projet Lebensborn. Si l’histoire est en partie réelle, celle de Max/Konrad ne l’est pas. L’histoire m’a donnée des frissons par moment tellement le récit paraît réaliste. L’auteure à cette plume unique qui vous transporte dès le début de son récit. On fait face à une horreur indescriptible tout au long du roman. Les différentes pensées des hommes allemands de l’époque, mais aussi celles des enfants nés de ce projet. Ils sont tellement encrés dans cette « situation » qu’ils ne prêtent pas réellement attention du monde qui les entoure.

Max est un livre bouleversant qui vous retourne les tripes et qui vous empli d’émotion. Je ne peux en aucun cas dire si  ça a été un coup de coeur car cela me gênerai au fond. Parce qu’il faut bien l’avouer, Max est une histoire extrêmement difficile (surtout moralement). Mais ce qui est sûr et certain, Max m’a marqué à jamais !

Note 

5 étoiles

Publicités

3 réflexions au sujet de « Chronique | Max – Sarah Cohen-Scali »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s